Enfants rois... enfants tyrans

 

Une civilisation repose sur ce qui est exigé des jeunes

et non sur ce qui leur est fourni.

                                                                                 Antoine de Saint-Exupéry

 

Nous estimons trop peu ce que nous acquérons trop aisément.

                                                                                      Thomas Paine

 

 

 

 

 

 

Portrait troublant des enfants rois.

Par Karine Gagnon

Journal de Québec

7 décembre 2005 p. 9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

______________________________________

La réforme pédagogique est un renforcement extraordinaire du phénomène de l'enfant roi*.

Pour être plus direct, il s’agit bien plus que d’un simple renforcement. Il s’agit dans la réalité d’une confirmation absolue par l’État, d’une manière d’être qui va à l’encontre des principes mêmes qui soutiennent la civilisation. Et lorsque je parle de civilisation, je ne parle pas surtout de son système économique, mais bien de la dignité humaine reconnue et vécue.

Les faits montrent que le livre en collectif d'auteurs, paru en 2008, et qui s'intitule Contre la réforme pédagogique (VLB), avait vu juste...

Réf : http://auteurs.uqam.ca/par-types/essai/item/544-contre-la-reforme-pedagogique.html

Par conséquent, il semble qu'il était inévitable que cette réforme idéologique arrive à un paroxysme, soit le couronnement de l'enfant roi maintenant dans un corps d'adulte.

Comment effectuer un tel couronnement?

Primo, en abolissant le maître enseignant pour n'en faire qu'un guide. Puis, secundo, en abolissant le rôle essentiel des examens finaux pour les remplacer par une reconnaissance issue d’une simple présence sur les bancs d’école (pour 2017)… Les lignes suivantes vous le démontreront sans ambiguïté;

 

Journal La Presse

Publié le 22 janvier 2014 à 05h00 | Mis à jour le 22 janvier 2014

Le diplôme d'études secondaires n'est plus

Ça y est. C'est fait. On nous a présenté, en 40 minutes, un changement qui n'a l'air de rien, mais qui, en réalité, bouscule tout. Environ une centaine de profs sont venus apprendre, un mardi matin, que le but visé par l'ensemble des intervenants de notre école secondaire, ce n'est plus l'obtention d'un diplôme.

En fait, ce n'est pas exactement comme ça qu'on nous l'a dit. On nous a parlé du long processus de consultation, des statistiques émanant de pays de l'OCDE comparables au nôtre, des visées à long terme tel que prévu par Québec, des recherches actuelles sur le sujet...

L'enrobage était digestible, mais le contenu était trop bien emballé pour qu'on puisse y goûter sur le moment. C'est le soir même, à tête plus ou moins reposée et avec douze heures de recul, que l'évidence m'a frappé en plein visage : le diplôme d'études secondaires n'est plus. Le papier que les élèves finissants recevront à partir de 2017 n'aura du diplôme que le nom. En réalité, ce sera un permis de travail. Ce n'est pas seulement un changement de vocabulaire : c'est un changement de cap, de vision, de philosophie.

En présentant la décision sous forme chiffrée, elle me semble encore plus facile à expliquer aux gens qui n'ont pas le nez collé sur l'école au quotidien. Depuis la réforme, les élèves de 1re secondaire ne peuvent plus «couler» leur année. Même s'ils échouent à tous leurs cours, on les envoie en deuxième secondaire. Les deux années sont considérées comme un cycle et on n'évalue vraiment qu'à la fin de ce cycle.

Rabaisser encore les exigences

Cette décision avait évidemment choqué puisque, clairement, on abaissait le niveau de performance minimal requis chez les élèves. On avait rassuré les profs en leur disant que, de toute façon, les élèves auraient besoin de 28 unités sur 36 en 2e secondaire, c'est-à-dire qu'ils auraient besoin de réussir au minimum les trois quarts de leurs cours, pour passer de la 2e à la 3e année du secondaire.

Ce que les gestionnaires de ma commission scolaire ont récemment décidé, c'est de maintenir le cycle sur deux ans en début de secondaire, tout en abaissant à 18 unités sur 36 le seuil minimal pour passer de la 2e à la 3e année du secondaire. En gros, ça veut dire que si un jeune a coulé tous ses cours en 1re et la moitié de ses cours en 2e, on l'enverra en 3e.

Les profs de 3e recevront donc potentiellement des élèves qui n'auront pas réussi les deux niveaux précédents, ce qui obligera ceux-ci à réduire leurs exigences et à rabaisser une fois de plus le plancher minimal requis chez les élèves, forçant les profs des niveaux suivants à faire de même.

On diplômera donc des élèves qui connaîtront moins de choses, qui auront compris moins de notions, qui auront moins réussi, qui seront plus faibles. J'ai instinctivement soulevé devant l'assemblée que c'est toute la valeur du diplôme qui est remise en question. En fait, c'est là que je me trompais.

Un droit de travail

Le diplôme ne sera plus considéré comme une preuve de l'atteinte d'un niveau académique prédéterminé. Il sera un droit de travailler que pratiquement tous les élèves, forts ou faibles, devront éventuellement recevoir. En effet, puisqu'on exige, de nos jours, un diplôme de secondaire 5 pour occuper à peu près tous les emplois, on doit diplômer plus de jeunes si on veut qu'ils puissent travailler.

On a décidé de sacrifier la qualité pour la quantité. En une décision, on a pelleté une bonne partie du problème de décrochage scolaire sous le tapis. On a accepté le fait que des travailleurs moins instruits, c'est socialement moins dommageable que des décrocheurs boudés par les employeurs, faute de diplôme.

Par Stéphane Lévesque

Enseignant su secondaire

Source : La Presse, 22 janvier 2014

http://www.lapresse.ca/debats/votre-opinion/201401/21/01-4731044-le-diplome-detudes-secondaires-nest-plus.php

Autres sources :

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/education/201303/18/01-4632262-constat-dechec-de-la-reforme-scolaire.php

http://www.ababord.org/Des-arguments-pour-combattre-la

*Réforme Marois-Legault-Charest.