L'hypersexualisation

 

 

 

AVERTISSEMENT

Le sujet de l'hypersexualisation est particulièrement sensible. Bien que ce site ne contienne aucune image ou vidéo classés au dessus de 14 ans, nous préférons avertir les lecteurs, et surtout les parents et les éducateurs, que le contenu de cette section peut-être perturbant pour des jeunes ou des personnes sensibles.

 

Ce site, comme nous l'avions déjà expliqué dans l'accueil, n'a pas pour but de vous faire la morale. Le but est simplement de transmettre des informations différentes qui ne se retrouvent pratiquement jamais dans les médias de masse ou dans les manuels scolaires. La transmission publique de ces informations permettra à tout un chacun de faire des choix véritablement éclairés. En effet, comment est-il possible pour des parents, des éducateurs (et les autorités), de transmettre une éducation saine à des enfants et des adolescents, si certaines données cruciales sont occultées? cette situation est anormale pour la science et pour la société et il faut la corriger de toute urgence!

Il est important de comprendre que le terme hypersexualisation est perçu différemment d’une personne à l’autre. Que ce soit par un intervenant, un jeune, un parent, un enseignant ou un professionnel de la santé, le terme hypersexualisation n’est assujetti à aucune norme empirique et encore moins à des lois. Aujourd'hui, les spécialistes de la question ont beaucoup de mal à se mettre d'accord pour une définition unique de l'hypersexualisation.

Il semblerait, selon mes recherches, que tous un chacun a sa propre vision de ce qu’est l’h. s. Même chez les sexologues, par exemple, il existe pratiquement autant de définitions qu’il y a de sexologues. L’absence de définition unique résulte d’un effet assez récent : le relativisme institutionnel; et plus particulièrement le relativisme moral. Pour ces raisons, une page spéciale intitulée "essai de définition" a été créée dans cette section du site pour vous démontrer que la confusion dans ce domaine est habilement entretenue mais surtout pour posséder un langage commun. Autrement, cet essai serait une autre illusion!

Cette relativisation en lien avec la sexualisation est tellement rependue que le hasard n'a rien à y voir. Cette confusion résulte d’une idéologie issue d’un certain libéralisme moral hérité des années 60, les années du « peace and love », du Rock & Roll, et de la « révolution tranquille » où le sort de beaucoup de jeunes filles s’est joué sur la banquette arrière des automobiles. Ce relativisme a été tellement bien inculqué qu’il fait maintenant partie de notre manière de voir, de penser et d’agir. Il est malheureusement profondément incrusté dans nos cerveaux.

Le relativisme est devenu une sorte de norme consensuelle alors que, curieusement, le relativisme est tout à fait à l'opposé de ce qu'est une norme. Le relativisme est plutôt une forme d'anarchie intellectuelle et morale qui s'oppose à tout conformisme. Pour le relativiste moral, il n'existe aucune norme, aucune valeur absolue. C'est pourquoi l'absence d'une définition unique, pour un sujet aussi pointu, est un curieux paradoxe qui induit une grande confusion dans la population et même chez les experts.

Si la confusion la plus grande existe dans ce domaine c’est, d’une part, parce que le sujet est complexe. Car il relève de l’affectivité, des émotions, de la culture, de l’éducation (familiale et sociétale), du nivellement par le bas imposé par le milieu artistique et par l’involution des lois par des lobbys et ONG; et, d’autre part – c’est l’aspect important qui mérite qu’on s’y attarde – selon mes recherches il semble y avoir une volonté d’entretenir et d’étendre ce relativisme à tous les peuples. L’histoire humaine nous démontre que lorsque un crime survient, il faut toujours regarder à qui profite ce crime. Et c’est sans aucun doute que nous affirmons que l’industrie de la pornographie et de l’érotisme à outrance édicte certains paramètres de ce relativisme moral depuis des décennies. Qu’elle soit artistique, médicale, psychologie, pédagogique ou tout autre science humaine, cette main mise de l’industrie sur tout ce qui concerne la sexualité influence la totalité des productions humaines. Et ici j’insiste pour y inclure la recherche dans les chaires universitaires qui ont toutes été contaminées par le relativisme moral qui est consécutif à l'action du lobby milliardaire de l'érotisme et de la pornographie. Sous l'onglet "classification des X", vous en trouverez quelques exemples...